Det danske Fredsakademi

Kronologi over fredssagen og international politik 1. April 1939 / Time Line April 1, 1939

Version 3.0

Marts 1939, 2. April 1939


04/01/1939
General Franco vinder den spanske borgerkrig med tysk militær hjælp.
Spanske pacifister og socialister flygter til Sydamerika og Sydafrika.
Frem til 1944 myrdes mellem 150.000 og 200.000 politiske modstandere af Franko-regime i Spanien.
The number of deaths after the "civil" war
The figures are between 150.000 and 200.000, between the end of the war and 44. Bodies are still being undug, 70 years after the war ended. Children from women prisoners were given away to childless military wifes. In the case of the Canary Isl., people were thrown alive in closed bags to the sea. Difficult to say how many. Here is the first response taken at random from google, an extract from Epurations et répression politique en Espagne pendant la guerre d'Espagne et la post-guerre (1936-1945) by Jean François Berdah:
"On a parlé de 200 000 victimes pour la période 1939-1944 tant chez Max Gallo que chez Gabriel Jackson.... Le fait est, comme l’écrit Hugh Thomas, que " le fait de sauver des vies humaines ne préoccupa jamais particulièrement Franco, qui mit à profit sa victoire pour poursuivre son odieuse politique de limpieza ", c’est-à-dire de nettoyage . A l'évidence, le décret adopté par la Junte de Burgos le 28 juillet 1936, prévoyant les sanctions les plus sévères et les plus expéditives à l’encontre des délits politiques et militaires, ne suffisait plus en 1939 pour encadrer et justifier l’épuration brutale que le Caudillo allait déclencher sur le pays tout entier. Le 9 février 1939 fut adoptée une loi sur les responsabilités politiques dont la particularité était d’être rétroactive et d’englober dans les crimes politiques toutes les actions menées contre l’ordre constitutionnel depuis le mois d’octobre 1934. Il était facile de conclure de cette loi, par un nouveau retournement dialectique, que le Front populaire avait été un régime criminel et illégitime, et que tous les actes commis par lui ou sous son autorité étaient passibles des sanctions les plus graves. Si l’on en juge par le nombre de personnes emprisonnées durant l’après-guerre, force est de constater que cette " justice à l’envers ", comme la définira lui-même ultérieurement Serrano Suñer, porta ses fruits : si l’on estime à 12 500 la population carcérale des deux sexes internée en 1936, celle-ci s’élève dès 1939 à 250 000 pour se réduire à 200 000 en 1941 et atteindre encore environ 30 000 en 1944, preuve évidente que l’heure du pardon n’était pas encore venue . Plus terrible encore, entre 150 000 et 200 000 personnes ont été condamnées à mort et exécutées, entre avril 1939 et juin 1944, sans compter les milliers d’assassinats sommaires liés à l’épuration aveugle et aux règlements de compte personnels .
On a écrit que les républicains auraient sûrement déclenché une véritable "terreur rouge" en cas de victoire sur les nationalistes ; on a aussi cherché à minimiser l’impact humain de la répression de l’après-guerre, la situant entre 8 000 à 10 000 victimes . Ces propos vains et sans fondement n’ont plus lieu d’être depuis la multiplication des monographies consacrées à la répression franquiste. Reste à espérer, comme Alberto Reig Tapia, que nous puissions un jour disposer d’un panorama national complet et être en mesure " d’affronter avec rigueur l’étude de la violence politique, de la terreur, de la logique d’extermination, de la politique répressive et vengeresse que le franquisme entreprit contre ceux qu’il considérait être ses ennemis ".
Kilde: email fra Carmen Negrin.
Spanien er diktatur frem til 1977.
Kilde: Deutschland und der spanische Bürgerkrieg.
I: Akten zur deutschen auswärtigen Politik 1918-45 fra 1953; omtalt i
Rüdiger, Helmut: Tyske dokumenter belyser den spanske borgerkrig. I: Frit Danmark, 1953:4 s. 11-12.

04/01/1939

Top


Gå til Fredsakademiets forside
Tilbage til indholdsfortegnelsen for april 1939

Send kommentar, email eller søg i Fredsakademiet.dk
Locations of visitors to this page